Coming out professionnel : 3 stratégies pour outiller son élève

Cet article a été rédigé par Alex Tardy
Conseiller d’orientation au Centre de services scolaire des Samares et
Conseiller en formation chez ChallengeU

Le stress des examens du ministère, l’anxiété liée au 1er mars, la sélection d’un programme universitaire; ce n’est plus un secret pour personne, les jeunes sont confrontés à plusieurs situations difficiles où ils doivent performer et prendre des décisions complexes. Au cours de mes expériences professionnelles, j’ai remarqué que dans l’esprit de plusieurs il y a toujours un dénominateur commun qui se démarque: les parents. 

Plusieurs d’entre nous ont eu la chance d’avoir des parents ouverts et réceptifs à nos choix de carrière, de premier ministre à cueilleur professionnel de trèfle à quatre feuilles. Or, certains parents auront préalablement dressé une liste (très peu exhaustive) de métiers pour leurs enfants incluant médecin de tous les genres, avocat ou encore policier. On va se le dire, bien souvent, la liste s’arrête à la médecine! 

En se basant sur ce fait, comment un jeune artiste en devenir peut présenter à ses parents son rêve sans faire face à une multitude de peurs? Ci-dessous, nous explorerons ensemble trois stratégies qui vous permettront d’outiller votre élève lors de la préparation de son coming out professionnel.

 

1. Avoir un.e allié.e présent.e, c’est rassurant!

 

L’une des stratégies dont j’ai remarqué une appréciation générale chez mes élèves est celle de se trouver un.e allié.e, par exemple un membre de la famille, qui appuie le jeune dans son choix et/ou sa passion. L’objectif ici est que le jeune se sente en confiance et appuyé par une personne en dehors de son cercle d’ami.e.s et du réseau scolaire.

Cette personne-ressource pourra ensuite l’accompagner dans toute sa démarche et surtout agir en tant que support lors de la présentation de son plan de carrière à ses parents. Ainsi, la présence de cet allié réduira le stress, les tensions et les peurs liés à cette annonce qui peut s’avérer difficile pour certains jeunes. De sa simple présence, l’allié agit à titre de modérateur afin de contrôler l’intensité des réactions émotionnelles de chacune des parties. Bref, tout le monde y gagne! 

2. Des arguments pour les parents

 

Avant d’aller plus loin, je tiens d’abord à rappeler que les parents ne sont pas malveillants. Évidemment, ils souhaitent le bien-être de leur enfant et cela peut maladroitement se manifester par de la rigidité vis-à-vis un choix de carrière. L’une des raisons qui explique cette résistance est le clash des valeurs. En d’autres mots, ce que plusieurs parents vont considérer important dans une carrière, c’est, avant tout, une sécurité d’emploi, un bon salaire, de bonnes conditions et évidemment un excellent fonds de pension. Des valeurs qui se sont transmises de génération en génération, mais qui, aujourd’hui, ne sont plus nécessairement les premiers critères des jeunes de la génération Z.

Ayant ces éléments en tête, l’un de nos rôles en tant qu’intervenant est de guider  nos élèves en les amenant à explorer la réalité du domaine qui les intéresse. Quelles sont les perspectives d’emploi? Y a-t-il une diversité d’employeurs? Quel est le salaire moyen? Toutes des questions pertinentes qui rassurent le parent. D’autre part, cette démarche du jeune démontre implicitement que le choix de leur enfant est réfléchi. Son choix est sérieux: il a fait ses recherches!

3. Explorer concrètement le terrain

 

Enfin, comment trouver tous les renseignements dont il a besoin et valider son choix? Il va sans dire que les portes ouvertes sont une excellente occasion pour rencontrer des professionnels ainsi que des étudiants du milieu, puis d’en apprendre davantage à partir des stages d’un jour. Dans le contexte actuel, c’est, disons-le, une autre réalité! Pour l’instant, on peut remplacer ça par de la lecture en ligne, des visionnements sur YouTube ou encore se renseigner auprès de plateformes telles qu’Enio et Academos. Ces plateformes permettront à vos élèves de réaliser des activités de réflexion pour apprendre à se connaître, puis de discuter avec des professionnels pour avoir une meilleure idée de la réalité du marché du travail!

Imaginez, vos élèves pourront dire à leurs parents : « J’ai déjà parlé à un cueilleur de trèfles à quatre feuilles professionnel et il m’a confirmé que […] »! Blague à part, si vous avez une chose à retenir de cet article, c’est que faire un choix de carrière ça peut être aussi insécurisant pour le jeune que pour le parent, pour différentes raisons. Au final, ils ne veulent que le meilleur pour leur enfant, ce qui est tout à fait compréhensible. Il faut donc quelquefois les rassurer. L’un de nos rôles est de préparer du mieux qu’on peut le jeune en le guidant vers un maximum d’informations et en l’orientant vers un.e allié.e. Ainsi, il prouvera par lui-même à ses parents qu’il est prêt à affronter le vrai monde! 

 

 

Ayant amorcé mes études universitaires en philosophie, je croyais déjà en l’importance de se poser des questions et de réfléchir sur soi-même. D’une personnalité empathique et à l’écoute des autres, je me suis éventuellement dirigé en orientation pour harmoniser mes champs d’intérêt et ma personnalité. Teinté d’une approche existentielle-humaniste et de l’ACT, je propose un accompagnement basé sur le développement d’une relation de confiance et de la mise en action vers la recherche d’un bien-être professionnel. Utopiquement, je souhaite que nous vivions tous une vie pleinement authentique!

Retour haut de page